Premier colloque méditerranéen de Florence 3-6 octobre 1958 éditions Héritage

17,06 €

Premier colloque méditerranéen de Florence 3-6 octobre 1958 préfacé par l'historien Sadek Sellam.

Document historique d'une valeur inestimable qui intéressera les chercheurs mais également les passionnés d'histoire ou tous ceux qui veulent comprendre le monde.

Quantité

La crise internationale ouverte par le bombardement de Sakiet Sidi Youssef, le 8 février 1958, par l’armée française d’Algérie a amené les États-Unis à réviser leur politique de soutien à la France. Le secrétaire d’État, Foster Dulles, en profita pour proposer un « Pacte méditerranéen » destiné à étendre le champ de protection de l’OTAN. Il entendait ainsi intensifier la lutte anticommuniste et s’opposer au neutralisme positif initié à Bandoeng en avril 1955 et confirmé à la deuxième conférence afro-asiatique du Caire de décembre 1957. Pour avoir accepté ce plan qui impliquait la fin de la guerre en Algérie après la reconnaissance d’un État algérien à « souveraineté limitée », le président du Conseil, Félix Gaillard, fut renversé par une majorité de va-t-en-guerre qui précipita la fin de la 4e République. Après l’arrivée du général de Gaulle au pouvoir, le projet méditerranéen continuait à intéresser, mais ne pouvait rester limité à la seule dimension géostratégique, à dominante militaire. C’est pour avoir un débat élargi que fut organisé, en octobre 1958, le colloque méditerranéen de Florence. L’anticolonialisme du maire de cette ville, La Pira, facilita cette rencontre et mit l’affaire algérienne au centre des débats. 

De bons intervenants ont insisté sur les aspects culturalistes de la décolonisation. On entendit des plaidoyers en faveur de la présence du spirituel dans la vie internationale, sujet cher à Louis Massignon, anticolonialiste, mais partisan du maintien de la France en Algérie dans le respect de l’Islam, et une promotion plus conséquente des musulmans. On écouta Jacques Berque souligner la part de l’hellénisme dans la culture musulmane, pour recenser les points d’ancrage entre les rives de la Méditerranée. L’adaptation du dialogue islamo- chrétien à l’ère postcoloniale fut abordée par les pères Abd El Jalil et Daniélou. Mais cet irénisme ne pouvait ignorer la guerre qui faisait rage en Algérie. Le Tunisien Masmoudi et le Marocain Ben Barka s’écartèrent du culturalisme pour faire des interventions très politisées, ce qui n’était pas du goût d’Edgard Pisani, préfet qui n’acceptait pas que la France soit sur le banc des accusés. Mais il fut rassuré par l’intervention d’Ahmed Boumendjel, directeur des affaires politiques du ministère de l’Information du GPRA, dont la participation ne souleva pas d’objection de la part de l’ambassadeur de France, Gaston Palewski, qui réussit à empêcher et la venue de Ferhat Abbas et la rencontre Boumendjel-Buron. Boumendjel sut trouver le ton juste en renonçant aux réquisitoires dont avaient l’habitude les délégués du GPRA, comme Mohamed- Cherif Sahli. L’épaisseur humaine de son intervention a eu de l’effet sur les participants qui voulaient s’en tenir à une stricte neutralité entre la France coloniale et l’Algérie combattante. Ce succès algérien à Florence faisait suite à celui du colloque organisé la même année au Caire où des intellectuels arabes, parfois très francophiles, dénoncèrent la dureté de la « pacification » en Algérie. 

L'intervention la plus touchante fut celle de Taha Hussein qui eut beaucoup de mal à croire que la France de l’universalité des droits de l’homme pût laisser son armée déplacer près du tiers de la population algérienne et pratiquer la torture. La réédition des actes du colloque de Florence montre que la guerre d’Algérie ne se limitait pas seulement à un affrontement armé ni même à la politique traditionnelle. Certaines interventions restent d’actualité, au moment où certains continuent à théoriser le « choc des civilisations », quand d’autres persistent à ne trouver que des « aspects positifs » à la colonisation. L’édition de la traduction des actes du colloque des intellectuels arabes du Caire complétera les enseignements de celui de Florence. Le rappel de ces deux rencontres montre comment la diplomatie de guerre algérienne a internationalisé ce que la partie française considérait comme un « problème interne ». La relecture de ces actes rappelle aussi le rôle que peuvent avoir les opinions en général, et les intellectuels en particulier, dans des affaires relevant a priori du ressort des seuls militaires ou des politiques.

LIV-4345
300 Produits

Fiche technique

Année
2022
EAN-13
9782493295316
Auteur
SADEK SELLAM
Nb. Pages
211
Suggestion de produits ( 16 autres produit dans la même catégorie )

Création de compte